Les autorités britanniques se méfient de la dernière lubie des adolescents : le paracétamol challenge !

paracétamol-défi-adolescents

On vous avait prévenu, on n’était pas au bout de nos surprises concernant les défis complètement barrés du web. Après le Hold a Coke with Your Boobs Challenge, dont le but est de faire tenir une canette de Coca-Cola entre ses seins, voici aujourd’hui le paracétamol challenge. L’objectif : avaler le plus de comprimés possible ! Un défi qui séduit de nombreux adolescents mais qui s’avère très dangereux pour la santé, voire mortel.

Une première victime écossaise ?

C’est un défi qui nous vient tout droit de Grande-Bretagne. Fraîchement débarqué sur les réseaux sociaux, ce challenge consiste à se filmer en train d’avaler le plus d’antalgiques. Outre-Manche, les adolescents se sont prêtés au jeu sur Facebook, Twitter et Instagram. Résultat, un jeune écossais aurait été hospitalisé après avoir ingurgité une quantité importante de paracétamol. C’est en tout cas ce que rapporte le Daily Mirror. Une information à prendre tout de même avec des pincettes car même si elle a été relayée par les autorités, il n’y aurait peut-être pas de lien direct entre le défi et cette overdose. Quoi qu’il en soit, l’hospitalisation du jeune adolescent n’est pas sans rappeler celle de Charlotte Yousaf, une jeune fille de 19 ans qui a perdu la vie en 2011 après avoir pris une grosse dose de cette molécule.

500 millions de boîtes de paracétamol vendues en France

Alors, info ou intox ? L’opinion publique préfère rester vigilante là-dessus. Car le surdosage de paracétamol peut causer des dégâts irréversibles. Utilisé pour faire baisser la fièvre ou soulager la douleur, le paracétamol est une molécule active du Doliprane et de nombreux autres médicaments. Selon une récente étude publiée dans le British Medical Journal, les overdoses de paracétamol représentent 20% des causes de greffe de foie. Les intoxications dues à l’ingestion accidentelle ou volontaire de cette molécule sont responsables d’une insuffisance hépatique sur deux. En France, c’est même le premier motif de transplantation hépatique. En 2013, 500 millions de boîtes ont été distribuées dans le territoire. Un chiffre qui place les français en tête des consommateurs de cet antalgique.