Zlatan Ibrahimovic

C’est une réalité maintenant en ce soir de défaite de la Suède face à la Belgique. Nous ne reverrons plus Zlatan Ibrahimovic sous le maillot de son pays.

Il n’aura rien démontré pendant cet Euro 2016. Les nombreux commentaires sur ses attitudes sur le terrain, au sein de la sélection ou dans son hôtel auront plus fait parler de lui que son empreinte footballistique.

Il l’avait annoncé. Au soir de ce dernier match de poule de l’Euro 2016, il prendra sa retraite internationale si l’équipe ne réussissait pas à se qualifier pour le huitième de finale.

L’histoire aurait été belle mais la fin fait un flop. Cela n’a en rien réussi à sur-motiver ses partenaires. Les chants à sa gloire n’auront pas suffit à les transcender. Nous aurions aimé que l’homme qui a « tant apporté à la France » amène son équipe nationale à la victoire. Il n’en fût rien. Inexistant lors des deux premiers matches, il aurait pu faire basculer la dernière rencontre vers une victoire. Mais son but, refusé pour un imaginaire hors jeu, est révélateur d’un manque de réussite.

Il quittera la scène internationale avec son pays sans rentrer dans l’histoire. Joueur emblématique, cela n’aura pas suffit pour que son destin soit complet. La Suède aura marqué la hiérarchie mondiale sans Zlatan (Finaliste de la Coupe du monde 1958, demi-finaliste en 1994 et dans le tour final en 1950). Malheureusement, les chiffres sont là pour contrer l’idée que la légende autoproclamée aura permis à sa nation de s’imposer.

Nous continuerons à le voir jouer en Europe, sûrement dans le club de Manchester United. Maintenant que son aventure dans l’Euro est terminée, il aura l’occasion d’aller parapher son contrat pour retrouver José Mourinho. Saura-t-il être pour une fois l’homme des grands rendez-vous?