medic

Les médicaments Aricept, Ebixa, Exelon, Reminyl et leurs génériques ne seront peut-être plus remboursés par la Sécurité sociale. La faute à leur efficacité remise en doute.


La commission de transparence chargée de tester les bienfaits des médicaments au sein de la Haute Autorité de Santé (HAS) est formelle : les médicaments Aricept, Ebixa, Exelon et Reminyl prescrits aux patients victimes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas efficaces.

Conséquence de cet avis publié mercredi, ces médicaments et leurs équivalents génériques ne devraient plus être remboursés par la Sécurité sociale, rapporte Libération.

Parmi les 850 000 malades en France, seuls 30 à 40 000 personnes profitent de ces médicaments. Leur remboursement coûte chaque année 130 millions d’euros à la Sécurité sociale.

Après une étude menée sur 10 000 patients français, il semblerait même que la prise quotidienne des médicaments mentionnés pourrait aggraver le processus.

Le ministère de la Santé devra trancher et décider si, oui ou non, les médicaments anti-Alzheimer ne doivent plus être remboursés.

Une première tentative en 2011

Le déremboursement des médicaments censés soigner Alzheimer avait déjà été évoqué en 2011. Cependant, l’idée n’avait pas fait l’unanimité, et le ministre de la Santé de l’époque, Xavier Bertrand, s’était empressé de mettre les choses au clair. « Les patients victimes de la maladie d’Alzheimer continueront à être pris en charge à 100 % », avait-il assuré.

Le problème étant que, si ces traitements s’avèrent effectivement inefficaces, ils représentent plusieurs milliards d’euros dépensés sans aucun résultat probant depuis 25 ans.

Il y a 5 ans, plusieurs spécialistes ont encouragé le maintien du remboursement de ces pilules. À commencer par Christophe Trivalle, gériatre à l’Hôpital Paul-Brousse qui publiait en 2011 dans une tribune pour Le Monde : « Le danger d’une telle décision est d’ignorer que ce qui est fait pour ces malades repose avant tout sur la mise en route d’un traitement spécifique. Supprimer le traitement, c’est courir le risque de voir disparaître les effets positifs des trois plans Alzheimer ! »