Chouchoutés, capricieux, égoïstes, ces enfants « rois » sont de plus en plus nombreux à imposer leur loi !

enfant-fait-la-loi

Dans une société en perpétuelle évolution, les enfants d’aujourd’hui ne sont définitivement plus les mêmes qu’auparavant. Sans doute parce que les parents éduquent moins bien leurs enfants qu’à l’époque de nos grands-parents. Pourri gâté, surprotégé, chouchouté, l’enfant est au centre de toutes les attentions. Impossible pour vous de résister à sa petite frimousse. Il est le plus merveilleux à vos yeux alors qu’en réalité il est tout simplement insupportable. Insolence, agressivité, caprices, bêtises à répétition, il est devenu un véritable petit tyran enchainant les catastrophes les unes après les autres. Seulement voilà, ce n’est qu’un enfant alors on fait preuve de patience. Mais lorsque celle-ci a atteint ses limites jusqu’à un point de non retour, c’est le cauchemar. À la maison, le climat devient alors invivable. Entre cris et punitions, la tension est à son comble.

Rassurez-vous, il n’est jamais trop tard pour inverser la tendance. Les rôles doivent être redistribués, votre autorité à nouveau exercée. Et pour se faire, vous avez besoin d’imposer vos limites, réapprendre à votre enfant les règles du jeu. Voici 15 conseils à mettre en pratique pour éviter que votre enfant ne fasse la loi !

1. Ne pas céder à ses caprices

Un enfant, quel qu’il soit, est toujours capricieux. Si vous avez l’habitude de dire « oui », il devient alors difficile pour l’enfant d’accepter la frustration lorsque vous dites non. Ne laissez-vous pas marcher sur la tête, montrez plutôt que c’est bel et bien vous qui avez le dernier mot.

2. Identifier ses besoins

Inutile de voir le mal partout et de vous braquer. Si l’enfant refuse d’aller se promener, cela ne veut pas forcément vouloir dire qu’il est dans l’opposition. Il a peut-être de vrais arguments. C’est la raison pour laquelle vous devez identifier ses besoins et ainsi agir en conséquence.

3. Ne pas confondre besoin et désir

Là encore, il ne faut pas tomber dans le piège. Il existe une différence entre désir et besoin. Le premier est un moyen de répondre au second. Si votre enfant réclame du chocolat, c’est parce qu’il a tout simplement faim. Proposez-lui une alternative comme les fruits pour lui faire oublier son désir.

4. Le pouvoir de décision vous appartient

Et non l’inverse ! Votre enfant a encore toute la vie pour prendre des décisions. Inutile donc de céder lorsqu’il vous réclame des vêtements de marques pour faire comme ses camarades de classe. Ce n’est pas lui le chef !

5. Trop de jouets tue le jouet

Certes, c’est un sentiment naturel de faire plaisir à son enfant. Sauf que la plupart du temps, on a tendance à en faire trop. À force de répondre aux moindres désirs, vous allez créer chez l’enfant une « habitude » de recevoir. Or un jouet doit se faire longtemps désiré avant d’être obtenu au risque de se retrouver avec un enfant pourri gâté devenant chaque jour un peu plus exigeant avec ses demandes.

6.  Les enfants ne doivent pas participer aux conversations des grands

C’est samedi soir, vous avez prévu des invités pour votre dîner. Au moment de passer à table, votre enfant s’installe près de vous. C’est une erreur : il n’est pas à sa place. Réservez-lui une petite table à quelques mètres de la vôtre afin de lui faire comprendre que les adultes restent entre eux. C’est encore mieux si vos invités sont accompagnés de leur progéniture car cela fera une compagnie pour votre enfant.

7. Protéger son enfant mais pas trop

S’il y a bien une chose que les parents font obligatoire dès la naissance de leur enfant, c’est de les protéger. Sauf qu’il est important de les laisser commettre des erreurs. Ça fait partie du processus même de l’enfance. On apprend en se trompant.

8. Ne pas prendre systématiquement sa défense

Une dispute éclate à la fête d’anniversaire du voisin ? Pas de panique, votre enfant peut se débrouiller seul. Si vous intervenez, il aura le sentiment d’avoir encore besoin de ses parents. Et même si c’est le cas, il faut qu’il apprenne à se défendre tout seul. Bien entendu, vous devez agir si la situation s’aggrave.

9. Les grands-parents ne doivent pas toujours se mêler 

Vous venez de refuser l’achat de cette glace au chocolat qu’il voulait tant. Parfait, vous avez enfin réussi à dire « non ». Malheureusement pour vous, papy et mamie ne sont jamais très loin. Eux qui affectionnent tout particulièrement votre petit auront encore plus de mal à résister. Vous devez impérativement les prévenir de ne pas jouer le rôle à votre place au risque de vous décrédibiliser totalement aux yeux de votre enfant.

10. Être sur la même longueur d’onde que son conjoint

Comme avec les grands-parents, il faut se mettre d’accord sur le message à faire passer. La maman ne doit pas donner la permission de manger des bonbons si le papa s’obstine. Et vice-versa. Sinon l’enfant ne comprendra pas et avisera à sa manière la prochaine fois.

11. Éviter les compliments à tout va

Complimenter c’est bien, surestimer moins. Vous pouvez complimenter votre enfant lorsque celui-ci a accompli quelque chose sans trop exagérer surtout si vous ne voulez pas qu’il prenne la grosse tête. Ou à l’inverse qu’il perde confiance en lui.

12. Apprendre des valeurs comme le partage

C’est plutôt cool d’être enfant unique. Pour autant, il y a des valeurs essentielles à connaître et à respecter. Si vous ne voulez pas que votre enfant devienne égoïste et autoritaire, vous devez l’encourager à partager ses jouets avec les autres.

13. Il ne doit pas être au centre de toutes les attentions

En tant que parent, vous avez besoin de souffler par moment que ce soit par le biais d’une conversation téléphonique avec votre meilleur ami ou en vous accordant quelques minutes devant votre feuilleton. Mais le petit monstre ne se cache jamais bien loin dans les parages pour vous interrompre. Faites-lui comprendre que pour une fois ses besoins peuvent attendre.

14. Savoir mettre de la distance 

Lorsqu’il est encore petit, l’enfant dort dans le lit de ses parents jusqu’à ce qu’il réclame, lui-même, de dormir dans sa propre chambre. En revanche, si celui-ci ne revendique pas son autonomie, c’est à vous de mettre de la distance. Ne serait-ce que pour préserver l’intimité de votre couple.

15. Mettre ses menaces à exécution

Ne pas mettre ses menaces à exécution est l’une des pires erreurs ! Si vous établissez des règles pour imposer votre autorité, c’est pour vous y tenir. Inutile donc de lui interdire de regarder la télévision si c’est pour l’autoriser quelques minutes plus tard. Il est important que l’enfant apprenne le sens d’une punition.