Au sein de son équipe de rugby, cette jeune fille a tout récemment fait forte impression sur le terrain, avec une fracture du nez en match !

rugby-nez-fracasse

Qui a dit que le sport féminin était nettement moins physique que chez les hommes ? Au contraire, dans la mesure où l’on n’a pas l’habitude de voir de la violence chez les femmes, les chocs les plus terribles et les gouttes de sang paraissent beaucoup plus impressionnants de leur côté ! La preuve avec Georgia Page, une jeune fille qui joue dans une équipe universitaire de rugby à Lindenwood. Manifestement très engagée sur le terrain, les blessures ne l’empêchent en aucun cas de poursuivre la partie, malgré le fait que cela soit sans aucun doute très douloureux !

Le rugby féminin, aussi risqué que la version masculine

Il s’agit ici d’une variante du rugby, qui se joue à 7. Cependant, le fait que les joueuses soient moins nombreuses sur le terrain ne gâche en rien la violence des affrontements ! Comme on peut le voir, la jeune Georgia Page ne va pas hésiter à se jeter dans les jambes d’une de ses adversaires afin de la faire chuter. C’est là qu’elle va se prendre un sévère coup de genou en plein visage. Il faudra quelques secondes avant de voir que le coup a porté, et pas qu’un peu : la jeune fille a le nez littéralement fracturé, et saigne abondamment ! Et malgré une blessure qui doit beaucoup la gêner, elle va repartir sur le terrain comme si rien ne s’était passé, et foncer sur deux adversaires afin de les plaquer au sol. Cette jeune fille ne ressent donc pas la douleur ? Gageons que cette petite vidéo devrait lui faire une bonne publicité auprès des recruteurs en recherche de jeunes talents !

Le sport féminin, de plus en plus médiatisé

De plus en plus d’équipes féminines sont plébiscitées à travers le monde, et pas seulement dans le monde du rugby. Rien qu’en France, il faut croire que les gens en ont marre de suivre les frasques des joueurs de foot, qui par ailleurs offrent des performances assez médiocres en Coupe du monde : ils préfèrent donc se concentrer davantage sur l’équipe féminine, qui elle ne semble pas ménager ses efforts sur le terrain. Le sport féminin étant nettement moins pourri par l’argent que sa variante masculine, les joueuses sont obligées de s’arracher afin de prouver qu’elles tiennent la route, elles ne profitent pas d’une légitimité « gratuite ». Le sport féminin a de beaux jours devant lui !