apple

L’univers Mac cristallise de nombreuses énigmes. Derrière tous ces secrets, il nous est difficile de percevoir ce qui relève d’une réalité ou d’un délire.

Alors que nous venons de fêter l’anniversaire du lancement de l’I Phone, la firme à la pomme vient de se voir traduite en justice par un américain. La plainte a été déposée auprès d’un tribunal de Floride. La raison de cette démarche est de reprocher à Apple d’avoir plagié des brevets datant de 1995. Thomas Ross, le plaignant, tient fermement ses positions en indiquant être « le premier à déposer le brevet pour un appareil qui a créé une nouvelle combinaison de média et d’outil de communication… dont l’identité a depuis été détournée et exploitée par Apple pour ses iPhone, iPod et iPad ».

En 1992, cet américain avait créé un produit sous le nom d’Electronic Reading Device. Il correspondait à un rectangle comportant un écran tenant dans la main. Et oui, tout simplement! Malheureusement pour lui, il n’a pas déposé le brevet. Ce n’est que 2015 qu’il a décidé de faire reconnaître sa « création ». Un peu étrange comme démarche.

Thomas Ross ne recule devant rien. Il demande à Apple la petite somme de dix milliards de dollars et 1,5 % du produit des ventes mondiales.

La firme américaine va-t-elle devoir payer un joli cadeau d’anniversaire ? Cela n’a finalement pas de risque d’aboutir. En effet les brevets n’ont pas été déposés. Il est très difficile de démontrer qu’il y a eu violation de brevets. Cela va rendre irrecevable la plainte.

A l’époque où les téléphones étaient dotés d’un petit écran et d’un clavier physique, nous étions bien loin d’imaginer la révolution en cours. Pourtant Steve Jobs l’affirmait lors du lancement de l’I Phone: « Aujourd’hui, Apple réinvente le téléphone, et nous l’appelons iPhone » Plus qu’un téléphone, l’iPhone, c’est comme avoir votre vie dans votre poche.

Ce qui est certain, c’est que Thomas Ross n’a pas été celui qui a transformé la vie de nombreux geeks.