tuberculose

Depuis le mois de juin, sept étudiants issus du lycée Cantau d’Anglet, au Pays Basque, on été diagnostiqués comme porteur de la tuberculose. Cinq ont déjà été soignés.


Le lycée du bâtiment Cantau, basé à Anglet dans le Pays Basque, connaît une situation sans précédent. Depuis juin, cinq cas de tuberculose avaient été recensés ; deux autres ont été confirmés mardi par la mairie de la ville, rapporte Sud Ouest.

La tuberculose, maladie infectieuse devenue rare, aurait été contracté par un élève ayant séjourné à l’étranger.

Les cinq premiers élèves infectés ont été soignés à l’hôpital de Bayonne, et sont revenus au lycée. Dominique Gratianette, secrétaire général de l’Inspection académique, cherche à rassurer en ce qui concerne les deux nouveaux cas, repérés les 7 et 11 octobre : « C’est une maladie qui se soigne très bien. Il n’y a pas lieu d’affoler les populations, mais d’appliquer un protocole pour circonscrire la propagation ».

Dominique Gratianette ajoute que tous les parents d’élèves feront bientôt l’objet d’une communication.

L’entourage passé au crible

Le protocole à suivre pour éliminer la tuberculose est très strict. Il convient de faire passer un test de dépistage à l’entourage des malades, étendu dans le cas d’un élève. La famille comme les camarades de classe doivent être testés.

Le docteur Marie-Pierre Bellegarde précise : « La période d’incubation de la tuberculose peut être de plusieurs mois, voire de plusieurs années ». Par ailleurs, « les personnes atteintes de tuberculose évolutive peuvent infecter entre dix à quinze autres personnes avec lesquelles elles sont en contact étroit en l’espace d’une année » selon l’Organisation mondiale de la santé.