Surnommée « la dame au chapeau », Geneviève de Fontenay ne se sent plus « dans l’air du temps » et met fin à 60 ans de règne sur la grande famille des Miss.

(Source : DR)Geneviève de Fontenay raccroche son chapeau à l’âge de 83 ans. Elle a affirmé, dans d’un entretien à paraître vendredi 15 janvier dans France Dimanche, ne plus se sentir en phase avec les exigences actuelles : « Je crois que je ne me sens plus trop dans l’air du temps. Ou plutôt je ne me sens plus trop en accord avec ce qui me semble marcher aujourd’hui ». Geneviève de Fontenay tirera sa révérence le 16 janvier, lors de l’élection Miss Prestige National 2016 à Soultzmatt (Haut-Rhin) qu’elle présidera.

Une dent contre Zahia et Nabilla

La dame au chapeau admet être dubitative quant aux standards esthétique actuels : « Je pense notamment à toutes ces filles que l’on voit tout le temps à poil : Zahia, Nabilla, ou encore la fille de Dominique de Villepin les seins à l’air en une des magazines. Et de voir la chanteuse Rihanna devenir l’égérie de Dior, ça m’a rendue folle. Ce pauvre Christian doit se retourner dans sa tombe ».

La maman du concours Miss France avait dû céder son bébé à Endemol après une longue bataille juridique. Aujourd’hui présidente d’un autre concours, elle éprouve des difficulté à trouver la perle rare : « Ce qui me fait comprendre qu’il est temps d’arrêter, c’est aussi bien sûr la difficulté de trouver de nouvelles candidates convenables pour le concours Miss Prestige national, dont je suis présidente d’honneur. Si bien que je suis certaine que le seul concours qui survivra, c’est celui de Miss France… Il faut se rendre à l’évidence, Endemol est trop fort ».

Aucun regret

Lorsque le journaliste lui demande si elle a des regrets, Geneviève de Fontenay est catégorique : « Aucun ! Je ne suis pas nostalgique. Tout ce que j’ai fait, je pense l’avoir bien fait. Quand je regarde en arrière, j’estime avoir eu une belle vie. Mais il est vrai qu’avec tout ce qui se passe en ce moment dans le monde, j’en venais à avoir un peu honte de faire ce genre de concours. Il y a effectivement des choses bien plus importantes dans l’existence ».

La Miss Élégance 1957 ne se voit pas à la retraite : « Je compte toujours me rendre là où l’on m’appelle, pour des séances de dédicaces dans les foires, les salons, les supermarchés… J’ai déjà un emploi du temps assez chargé pour 2016. Sans parler du contrat que je viens de signer avec Prestige douche, dont je suis désormais l’égérie […] Donc ne me parlez surtout pas de retraite ».